Nous représentons l'Afrique dans toutes sa diversité culturelle.

« La fête du 10 janvier est une autre occasion pour purifier le Bénin », dixit Benoit Kpakou prêtre du fâ.

0 76

L’édition 2018 de la fête nationale du vodou s’annonce déjà au Bénin. Une fête qui rend hommages aux différentes divinités et qui se  caractérise surtout par des cérémonies, sacrifices et autres démonstrations culturelles et cultuelles.  A quelques jours de ladite célébration une équipe de  la plateforme culturelle www.africacultures.com est allée au contact de Benoit Kpakou prêtre du fâ et  dignitaire des religions endogènes  à Porto-Novo,  pour s’enquérir des préparatifs. Vous en saurez d’avantage à travers cette interview. Lisez plutôt :

Kpakou  Benoit  bonjour, vous êtes un des prêtres du fâ et dignitaire des religions endogènes . Chaque 10 janvier le  Bénin célèbre la fête du vodou ; votre place vodoun située à Tokpota  ne sera pas en marge de l’évènement. Parlez-nous un peu des différents préparatifs à votre niveau ?

Le 10 janvier est effectivement la fête des divinités toute catégorie  confondue. Tout est fin prêt pour célébrer cette fête. Nous avons presque fini avec les préparatifs et le jour J, vous aller assister à la sortie de toute sorte de divinités que ce soit « CHINAN », «  ZËKPON », « DOUDOUA » et la liste est très longue. Au niveau de notre place Vodou , c’est bien la divinité «  vêdodji » qui sera à l’honneur. C’est une divinité qui sort rarement ou presque pas. Le 10 janvier, nous allons lui rendre les hommages et suivront ensuite les prières et autres libations.

Quelles sont les dispositions nécessaires  qu’un  dignitaire  ou un quelconque fidèle doit prendre  avant la date du 10 janvier ?

Il faut d’abord désherber les différentes places ou sites devant abriter les différentes cérémonies  afin de rendre propres ces lieux , suivront ensuite les consultations afin d’être fixé sur les démarches à adopter pour parfaire les différentes organisations. Certains  sacrifices  sont faits avant le jour et seuls certains dignitaires sont autorisés à les  faire au nom de tous.

Revenons à présent à l’importance de cette fête pour une nation qui se veut prospère et en voie de développement comme la nôtre. Que pourriez-vous nous dire à ce propos ?

Cette fête est d’abord une autre  occasion pour purifier le Bénn. Ceci s’explique par les différents sacrifices et prières à l’endroit de tout le peuple béninois et surtout à l’endroit du chef de l’état .Ce qui  permettra de chasser les mauvais esprits et va attirer le bonheur sur l’ensemble de la  population. Si déjà le peuple s’épanoui grâce à nos prières , toutes les activités vont prospérer et la paix régnera dans notre pays. Le 10 janvier est alors pour nous, une occasion non seulement  de vénérer nos divinités mais aussi une occasion pour implorer la bénédiction des mânes de nos ancêtres sur notre pays. C’est déjà une occasion pour nous de dire une fois encore merci à tous ceux qui ont pensé que cette fête doit exister notamment le président Nicéphore SOGLO.

Quel est cet appel que vous avez à lancer à tous les dignitaires et autres fidèles des religions endogènes ?

J’invite tout le monde à considérer notre tradition et de cesser surtout de diaboliser le vodou. C’est notre chose et c’est notre richesse culturelle. J’invite également tous les béninois à se rendre sur les différents sites de célébration le 10 janvier  afin de donner un cachet spécial à cette édition. Je profite également pour remercier le maire de Porto-Novo Emmanuel Zossou et ses conseillers qui ont jugé utile d’organiser une autre caravane des divinités au lendemain de la fête du 10 janvier. Ceci participe aussi à la promotion de nos religions endogènes

Monsieur Kpakou Benoit Merci !

C’est plutôt moi qui vous remercie

Propos recueillis par Salvador HOUETO                                                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.