Nous représentons l'Afrique dans toutes sa diversité culturelle.

MASA 2018/Rencontres professionnelles : Le numérique pour donner vie à l’économie culturelle

0 39

« Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? » Ainsi est formulé le thème central du Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan (MASA) 2018. Ce thème était au cœur des échanges ce mercredi 14 mars 2018 dans  la salle Niangoran Porquet du palais de la culture d’Abidjan.

Les panélistes,  composés de six promoteurs culturels pas des moindres et  de diverses  nationalités ont porté leurs analyses sur cette préoccupation de l’heure;  exemples à l’appui et débouché  sur des solutions idoines pour une émergence de l’économie culturelle en Afrique et dans le monde. Il s’agit  entre autre d’Achref  CHARGUI directeur des Journées Musicales de Carthage en Tunisie, Adam TRAORE directeur du festival du théâtre des réalités au Mali, Mamou DAFFE directeur du festival sur le fleuve Niger au Mali, Ibrahim SYSAVANE ancien ministre ivoirien de la culture.

Crédit photo : AZCOOL DE PORTO

« La nouvelle économie culturelle va être L’économie numérique » a soutenu Mamou DAFFE directeur du festival sur le fleuve NIGER au MALI. Cette économie ne peut que s’appesantir sur la communication digitale  a-t-il expliqué et surtout sur l’enjeu d’exploitation des contenus numériques des festivals. Les promoteurs de festivals ont l’obligation d’accorder une place de choix à  la communication digitale dans la promotion des arts de la scène complète t-il. Des mesures urgentes s’imposent alors  afin que les arts de la  scène s’inscrivent définitivement dans les dynamiques d’industries créatives a-t-il conclu en invitant les uns et les autres surtout la jeunesse  à avoir un mental d’entrepreneur.

Cette promotion de l’économie culturelle numérique ne peut être concrète que par le phénomène de réseautage pense par ailleurs Achref  CHARGUI directeur des journées musicales de Carthage. Une mutualisation des forces  à travers le monde s’avère indispensable pour une réelle connectivité mondiale a-t-il insisté. En somme l’émergence des arts de la scène doit puiser sa source dans l’économie numérique et ne peut qu’être placée au cœur de tous les débats culturels.

Ghislain DOSSA KAKPO, depuis Abidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.